Archive for the ‘Ohm Force’ Category

Ohm Studio announced !

Finally, we unveil a bit of the project Ohm Force has been recently working on: Ohm Studio

That’s collaborative music composition in a fully featured sequencer, with some innovative features.

My part is the real-time stuff and storage, and that’s where ejabberd comes in with some custom OTP applications and redis. Amazon Web Services are also an important part of the setup.

I’ll certainly write more on the topic regarding the technical stuff.

So now the cat is out of the bag, hope you like it.

iPhone controls Ohm Force designed VSTi, plays NIN

using iPhone to control a VSTi plugin synth
par ohmforce

Neat stuff !

By the way I’m not lost for blogging. I’m in a middle of something that should spawn many blog posts in a not so distant future.

In the meantime, I do update my twitter quite often.

And I recommend you geeks to read Charles Stross. The man writes among the finest SF books I ever read.

Ouverture du blog d’Ohm Force

Cid, notre nouveau responsable de la communication à Ohm Force, reprend en main le blog d’Ohm Force.

C’est ici, c’est enrichi très régulièrement, alors ajoutez-moi ça à votre NetNewsWire, Google Reader ou Netvibes.

Y a un concours de tutorial vidéo en ce moment, avec des tas de cadeaux (oui, des plugins Ohm Force bien sûr).

Le code et le bébé

Ca fait maintenant deux mois que Martin n’a plus de nounou. Cela explique mon relatif silence ici. J’explique :

Celle-ci a perdu son agrément à la suite d’une histoire assez obscure. Je ne vais pas m’étendre dessus, mais je pense qu’elle et sa famille sont d’origine algérienne.

C626CB87-58C8-4305-A1FA-A4790A7C18AE.jpg

Quelles sont les options ?

  • la crèche ? bof, un mois d’adaptation, des horaires super rigides
  • une autre nounou ? on espère que la situation soit temporaire, alors une autre nounou, on trouve ça un peu prématuré.
  • le papa, qui bosse beaucoup à la maison.

Pour une solution temporaire, la dernière option est bien sûr la plus simple. Enfin, de l’extérieur …

code + bébé = journées bien remplies

Ah ça oui. C’est dur d’atteindre une concentration suffisante pour résoudre les défis informatiques d’aujourd’hui sur une période supérieure à 15 minutes lorsque bébé est réveillé.

A cela s’additionne les défis de s’occuper d’un bébé tout seul, et il faut ordonnancer et synchroniser les tâches pour minimiser les temps de maintenance.

Malheureusement l’outil n’est pas scriptable et fait parfois preuve de mauvaise volonté.

Mais un certain nombre de plans sont possibles :

Plan M comme Mamie

Depuis quelques semaines, la grand-mère de Martin vient à la maison deux jours par semaine pour s’occuper de Martin et faire des balades dans le parc à côté.

J’en profite pour coder plus et faire un tour au bureau. (mais en fait, je travaille beaucoup mieux à la maison).

Plan C comme Chat

Malgré lui, bien malgré lui, Boulette le chat s’occupe de Martin une heure par jour.

Plan B comme Bouffe

A utiliser cependant avec modération. Un bout de pain de mie, tranquillité garantie.

Plan S comme Sieste

3 heures de tranquillité par jour !

Mignon

A delà de tous ces plans, je suis vraiment content de pouvoir passer autant de temps avec lui.

Martin a 14 mois et chaque jour il …. bla bla bla .. (insérer ici 12 lignes de commentaires du père ébaubi devant sa progéniture qui chaque jour découvre le monde un peu mieux)

En gros : c’est dur, mais je ne regrette rien !

Jusqu’à quand ?

On en sait rien. A priori quatre mois maximum. Mais ça dépend d’une décision de justice (celle de Bobigny, Seine Saint Denis) … A suivre.

VDM : Ohm Force dans les magasins

La distribution des logiciels Ohm Force

Ohm Force vend ses logiciels en ligne. Un business model facile à mettre en place quand on vend du logiciel, pas de stock, pas de contrat. Une bande d’ingénieurs et autres geeks est capable de mettre ça en place.

En plus le coût est très bas : la location d’un serveur, et le pourcentage que nous prend la banque pour traiter les paiements par carte de crédit.

La communication coûte aussi, mais on a toujours fait au moins cher, une newsletter, parfois de la pub et des groupbuys. Notre image et nos produits plaisent, et c’est pas pour rien qu’on est toujours là 7 ans plus tard !
(La communication, ça va changer bientôt avec l’arrivée d’un gars dont ce sera le boulot !)

Les distributeurs

Du coup, une idée qui revenait régulièrement dans les premières années d’Ohm Force était d’obtenir un contrat avec un distributeur qui prendrait en charge la communication, la force de vente, la fabrication du packaging et des DVD. On profite aussi de ses entrées dans les magasins de musique du monde.
La contrepartie, c’est qu’Ohm Force ne touche que 25% du prix de vente, mais on compense avec le volume.

Voilà l’équation simplificatrice :

  • en ligne : peu de ventes, beaucoup de sous par ventes

  • en magasin, via le distributeur : beaucoup de ventes, peu de sous par ventes

La théorie est séduisante !

Mais c’est aussi faire un pacte avec le diable. Je simplifie encore un peu, mais passer par un distributeur, c’est signer un contrat standard réalisé par les avocats américains du distributeur. Le distributeur en question, c’est le plus gros du marché de la musique.

Le contrat contient un nombre de clauses terribles, avec en particulier l’interdiction, pour nous, sur le site web de faire de la concurrence avec les vendeurs de nos produits.

Donc pas d’offres promotionnelles sur notre site, on est obligé de vendre au même prix que les vendeurs retail. Avec une différence, ils vendent une boite, alors que nous on ne vend que du téléchargement.

Et il y a pire. Par contrat, on est obligé de vendre au MSRP (Manufacturer’s Suggested Retail Price), alors que les magasins peuvent descendre plus bas, au MAP (Minimum Advertising Price) et communiquer dessus. Et parmi les magasins, il n’y pas que les magasins de Pigalle, il y a aussi les revendeurs qui ont une présence en ligne.

Du coup, les plugins qui sont partis dans le circuit de distribution pouvaient être acheté en ligne moins cher ailleurs que chez nous.

Situation peu agréable, mais on va avoir du volume !

Ah non. Pas de volume. Ventes ridicules. Apparemment le distributeur a eu des problèmes avec SAP. Ce dernier disait qu’il n’y avait pas de stock, du coup les magasins ne pouvaient pas commander, alors que les boites s’entassaient dans les entrepôts. Ceci dit, on ne parle pas gros volume, la fabrication initiale était, si ma mémoire est bonne, que 1000 unités.

Et si on veut en sortir, c’est simple, le distributeur demande au développeur de racheter tous les invendus, (et tu pleures ton cash-flow)

La “Vente Download en Magasin”

Donc, pas de distributeur pour Ohm Force. La partie précédente ne s’appliquait pas directement à Ohm Force, mais à la société anglaise avec qui Ohm Force avait co-développé des instruments. Ohm Force touche des royalties.

Toutefois il est vrai qu’au bout de la chaîne, il y a le magasin, avec des vendeurs qui ont parfois très envie de vendre nos logiciels. On a déjà eu des requêtes de magasins qui achetaient sur notre site des plugins pour le compte d’un client.

L’idée nous est arrivée, il y deux ans. (oui, sur certains sujets, Ohm Force n’est pas très réactif)

On fait des DVD qui contiennent tous nos plugins, un joli présentoir, que le vendeur dispose dans son magasin.

Lorsque le client dans le magasin veut acheter nos plugins, il prend le DVD, et le vendeur se connecte sur une application web hébergée par Ohm Force, pour générer le numéro de série. Derrière on garde la trace de l’achat, et on envoie une facture regroupant toutes les ventes du mois.

Le vendeur peut régler directement sa facture avec sa carte de crédit sur l’application.

Les avantages

Le magasin n’a pas besoin de stock (sinon les DVD, mais ils sont dans une petite pochette carton).
Il ne paye que ce qu’il a effectivement vendu, et n’a pas besoin de retourner les invendus, donc le cash-flow s’en trouve bien amélioré.

De notre côté, le contrat qu’on signe avec les vendeurs, est souple quant aux possibilités de promotions (des deux côtés d’ailleurs). Le coût de fabrication des DVD est minime, et on a un bon suivi des ventes.

Et pour finir, on enlève le middleman et sa part de 40% sera répartie entre nous et les magasins. Donc plus d’argent pour toutes les parties.

C’est du win/win !

Start small, scale later

L’application est depuis hier en phase de test. C’était mon travail dans le projet, j’aborderai dans un prochain post le côté technique – c’est une application JRuby on Rails hébergée sur un serveur GlassFish.

Nous avons quelques magasins qui sont très intéressés. Sur la côte Est des USA, sur la côte Ouest, et évidememnt, en France.

On va commencer en douceur, en commençant par la France, sur Paris, pour pouvoir discuter avec eux facilement et physiquement.

Est-ce que ça va marcher ?

Ohm Force y croit beaucoup !

PS : si vous avez un magasin de musique, et que ça vous intéresse, envoyez un mail sur contact@ohmforce.com avec VDM dans le sujet.

Comment répondre à une candidature spontanée

On a reçu ça, il y a quelques jours sur jointeam@ohmforce.com de la part d’un ingénieur tout juste diplômé :

Je suis très intéressé par les stages de chef de projet, consultant ou
d’ingénieur d’affaire. Néanmoins toutes autres propositions est la
bienvenue.

D’habitude, on réponds poliment “non, merci”

Mais un élève ingénieur même pas diplômé qui veut faire chef de projet ou consultant en STAGE, ça sent un peu le pipo. Apprends à coder dans la vraie vie avant de viser ce genre de boulot.

Et dans le cas de “consultant”, comme le dit Steve Yegge ici, c’est un peu plus compliqué.

The problem with “consultant” is that it has two meanings. It can either mean “person who was hired on a contract basis to fill a coding need in the organization”, or it can mean “person hired to ‘consult’, aka ‘wank’, because the hiring organization is too clueless to solve their own problems and too incompetent to retain even one full-time staff member capable of helping them, so they turn to paid self-help.” When you see the word on a resume, it can be hard to distinguish which kind it is.

Du coup, concours informel pour savoir comment lui répondre.

Et c’est Lolo qui a proposé la meilleure réponse, et c’est celle qui a été choisie :

92777D5E-C8C1-4F08-A88E-3AD29D2220EC.jpg

Source : Les LOLCats of course.

Plus tard : de la conf intéressante avec nginx + PHP + Tomcat.

70% de nos utilisateurs sont des pirates.

A la demande de Franck, notre bon chef de projet d’Ohm Force, j’ai analysé les logs du site web pour voir la proportion d’utilisateurs utilisant des versions pirates.

Le résultat, bien qu’attendu dans ces proportions, est effrayant. 70% des gens qui visitent notre site en cliquant depuis un de nos produits les ont piratés.

Ca fait mal.

J’ai envie de rediriger les clés pirates détectées sur goatse.cx. (Mais je ne le ferai pas, parce qu’un faux positif arrivera forcément, et je ne veux pas prendre ce risque.)

On faisait hier l’analyse du triste état du marché du logiciel dans la musique.

Armand le musicien a toujours besoin de plus de matériel, qui lui ne se pirate pas. Donc il en achète des caisses. Du coup, le portefeuille du musicien est à plat lorsqu’il s’agit d’acheter le logiciel, mais c’est pas grave, lui il coûte rien.

Je ne suis pas le premier à le constater, les éditeurs dans le domaine de la MAO sortent de plus en plus de bundles hardware/software. L’intérêt du software ne s’exprime que si le hardware est présent. Du coup, on fait acheter …

Bref, les gars, nourrissez vos développeurs préférés, achetez leur logiciels, ils vous le rendront bien. Ohm Force, c’est 7 personnes qui veulent faire les meilleurs outils de création sonore. C’est pas des conneries, le petit dernier, l’Ohmicide:Melohman, a demandé 18 mois de développement.

Aux 30% restants, ceux qui payent leurs logiciels, qu’ils en soient remerciés, et qu’ils sachent que c’est pour eux qu’on travaille. Ouais, nous aussi on est people-ready.

Update : Franck dit que c’est un minimum, et qu’il s’attendrait à pire, genre 103%. Mais il est pessimiste.

Update 2 : J’ai posté un article similaire sur le blog d’Ohm Force.

Migration CVS-SVN

[Cet article a été initialement publié le 1 juillet 2006]

Cette semaine, à Ohm Force, avec le retour de Raf, notre développeur Mac, la décision a enfin été prise. Le code des plugins Ohm Force va migrer de Concurrent Version System(le vénérable CVS) au moderne SVN. La conversion s’appuie sur l’outil bien pratique cvs2svn .

L’opération a été longue … le repository CVS fait 9,1Go, cvs2svn m’a généré un dump de 27Go et 10300 commits qu’il a fallu ensuite “rejouer” dans le repository SVN.
Il y a eu quelques soucis : il faut préciser l’encoding des message de commit (cvs2svn –encoding=latin1), et certains fichiers avec de l’accentuation ne sont pas passé dans la moulinette (silencieusement, en plus). Quelques fichier dans les repértoires Attic/ de CVS était corrompus, mais cela n’etait pas grave. Finalement, s’ils sont dans le grenier, c’est pour une bonne raison.

Il a bien fallu 10 heures pour tout convertir (oui, oui, nuit blanche …).

Installation de Trac, et bienvenue au 21e siècle les codeurs !

J’utilise la version 1.1.4 de SVN [UPDATE : depuis le serveur tourne en 1.3.2). Je vais migrer à la dernière version, tant pis pour Debian … En effet je suspecte une fuite mémoire dans certaines conditions. Un processus Apache qui fait 800Mo pendant un checkout, ce n’est pas raisonnable … Il y a quand même 2Go de SDRam ECC qui arrivent par le courrier.

UPDATE : Quelques remarques sur la conversion :

  • Ne pas exécuter le “svnadmin load” en root … c’est mal, et ça bloque l’accès ultérieur au svn via le webdav.
  • Toujours travailler sur des copies du repository CVS. Certains fichiers peuvent être corrompus et il faut parfois les supprimer du CVS.
  • Certains fichiers avec des noms accentués ne sont pas passés dans la conversion. Heureusement, c’était des fichiers mineurs.